Cannabis légal : on fait référence à quoi?

cannabis légalisé

Les réglementations sur l’usage, le commerce et la culture du cannabis légal peuvent varier d’un pays à un autre. Toutefois, le monde est d’un même avis sur la légalité des chanvres au teneur en THC plus ou moins égal à 0%. Des sanctions sévères attendent les utilisateurs de produits dont la concentration de THC excède 0,2%.

Les cannabinoïdes : légaux ou pas ?

Un cannabinoïde est une substance présente dans les chanvres. Des recherches ont dévoilé l’existence de centaines de cannabinoïdes différents les uns des autres dans les chanvres. Certains chanvres renferment des phytocannabinoïdes rendus célèbres à cause de leurs effets sur l’organisme humain. Il s’agit du cannabidiol et du tétrahydrocannabidiol.

En dépit d’une certaine ressemblance entre ces noms, ils désignent deux substances qui réagissent de façon différente sur la santé humaine. Le cannabidiol ou CBD est capable de nombreuses actions thérapeutiques et sans aucun effet psychoactif. En d’autres termes, il n’influe pas la conscience, les humeurs et la perception de son consommateur. Ce qui lui vaut l’appellation cannabis légal.

Le tétrahydrocannabidiol ou THC, qualifié de psychotrope, est une substance classée parmi les drogues douces. En effet, ce deuxième phytocannabinoïde est réputé pour son effet récréatif et euphorisant. Il stimulerait le cerveau pour la conversation et la créativité. D’où sa popularité chez ceux qui s’adonnent aux activités artistiques.

Du cannabis agricole aux produits CBD légaux

Le chanvre ou chanvre agricole ou encore le cannabis agricole est qualifié de légal vu son taux de THC avoisinant le 0 %. Pour réduire à néant ou presque la concentration de THC ou tétrahydrocannabidiol, les cultivars sont passés au tri.

Ce type de cannabis a un cycle de vie plus allongée que celle de son cousin le cannabis indien. Les produits à base de cannabis agricole ne sont pas donc considérés comme des stupéfiants par les autorités. Néanmoins, il est interdit de commercialiser leurs fleurs et leurs feuilles.

Le THC contenu dans les autres cannabis dits récréatifs peut atteindre les 25 %. Ce cannabinoïde,  l’opposé du CBD, altère l’état de conscience de son consommateur et le rend enivré. Il est donc interdit d’en commercialiser et d’en acheter dans beaucoup de pays sous peine d’amende et d’emprisonnement. 

Des tests de teneur en THC

Beaucoup d’autorités nationales ou internationales veulent avoir le cœur net sur les produits vantés riches en CBD sans THC. Il ne leur est pas possible de distinguer clairement si les produits contiennent moins de 0,2 % de THC ou non. En effet, d’après les contrôleurs, l’indication CBD sur les produits ne constitue pas une preuve.

Pour confirmer ou réfuter la légalité d’un produit à base de CBD, seuls les résultats des tests sont fiables à 100 %. D’où il faut envoyer les produits saisis aux labos et patienter. Les frais de charge seront endossés par l’État si les résultats sont négatifs. Les consommateurs qui ont détenu des produits illégaux doivent payer les frais de test au cas où plus de 0,2 % de THC sont trouvés dans les produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *